figure humaines

Convaincue que la vocation de l’humanité n’est pas le tragique mais le bonheur l’artiste trace un chemin que chacun peut emprunter de l’ombre vers la lumière. Les bronzes marquent un instant consacré à l’harmonie à la beauté et à la force des corps féminins. L’artiste met au service de la grâce d’une attitude, d’un corps tendu ou au repos la puissance du bronze et de la métallurgie démiurgique.

Françoise Charles-Daubert, Philosophe et essayiste.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *