SCULPTURE TAILLE HUMAINE

« Seul compte l’osmose entre l’artiste, le ciseau, le burin et le support ».

Le baiser - Taille sur béton cellulaire - 175cm H

Le baiser – Taille sur béton cellulaire – 175 cm H- 2005

« Il faut bien nourrir l’idée de découvrir quelque chose sur une base rigide, avant d’avoir le courage d’oser l’envahir, de l’explorer, de lui donner « vie » sur un support aussi dur et froid qui n’est que pierre ».

 Comme une fourmi laborieuse elle creuse, sur son gros bloc, sans s’arrêter un instant, elle a mal aux coudes, parfois aux mains, mais elle continue, sans pouvoir s’arrêter.

 A l’extérieur le ciel est bleu, le soleil est présent, mais ce bloc de béton l’appelle chaque fois qu’elle le regarde et insiste à lui dire: «creuse, creuse encore, tu es loin d’être fini, surtout ne t’arrête pas ».

 Le soleil est parti, le ciel n’est plus aussi bleu, l’air frais revient, il y aura bientôt des étoiles scintillantes par le ciel d’hiver et ses nuits fraîches. Elle regarde l’heure, il est une heure trente, il faut que je m’arrête…Elle observe ce semblant d’un baiser encore une fois.

 En une semaine de concentration et sueur sur ce support dur, elle perçoit le baiser, ses formes, sa puissance ainsi que sa délicatesse. Un baiser peut  dire beaucoup sur l’autre. Voilà cet homme et cette femme pris en otage dans cette masse, prisonniers surtout d’un instant fusionnel. Le plaisir de faire ressortir cela, c’est le mérite des dizaines d’heures d’acharnement, ou, seul compte l’osmose entre l’artiste, le ciseau, le burin et le support.

Galerie

Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbH

Novembre 2005 ma première taille grand format

Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbH Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbH Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbH Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbH Le baiser - Taille sur béton celulaire - 175cm