Être

Burning Heart manifesto https://www.gouveiac.com/burning-heart-manifeste/
 Avant tout, être, expérimenter…

Celia Gouveiac née au Brésil. Passionnée d’Art dès son plus jeune âge, elle étudie la danse, la musique, le théâtre et la sculpture. Ses œuvres coexistent dans un univers cohérent, fruits d’un parcours singulier et d’un matériel basé sur la relation humaine. Authentique, elle fuit tout alibi intellectuel, travaillant et défendant son rapport à la matérialité, le pouvoir de la main dans l’art. Son travail est l’expression d’une spiritualité contemporaine, celle qui respecte les différences, les valorisent et les questionnent et convie le public pour une nouvelle vision engageant un échange chaleureux.

La femme et artiste croit profondément que l’Art peut être l’instrument d’une transformation sociale et un puissant activateur des consciences.

Celia Gouveiac, réalise ses œuvres à Bordeaux et environt. L’artiste est toujours à la recherche de nouvelle techniques, elle sculpte, la pierre, le bois, modèle l’argile et crée des bronzes en pièce unique ou en série. Son travail ne cesse d’évoluer, en sculpture comme en peinture. Il s’agit d’une chercheuse qui marche via la compréhension de l’humain et ainsi faisant elle accomplie son chemin personnel.  » De l’ombre vers la lumière« .

La grotte aux âmes coeurs – 2019

Créer c’est manifester ce qui surgit de l’intérieur, ce qui fait rage ou brûle en soi.
Mon engagement avec l’art, c’est avant tout celui de la vie. Celui d’aller au-delà de ce qu’on veut me faire croire… La grotte aux âmes coeurs – 2019

 
La grotte aux âmes coeurs
Exposition Hors Série – In situ – Brest – 2019

Sculpteur et plasticienne, Célia Gouveiac inscrit son travail dans une démarche clairement pensée qui va vers la lumière, l’accomplissement et le bonheur.

Convaincue que la vocation de l’humanité n’est pas le tragique mais le bonheur l’artiste trace un chemin que chacun peut emprunter de l’ombre vers la lumière. Les bronzes marquent un instant consacré à l’harmonie à la beauté et à la force des corps féminins. L’artiste met au service de la grâce d’une attitude, d’un corps tendu ou au repos la puissance du bronze et de la métallurgie démiurgique.

Sculptor and visual artist, Celia Gouveiac inscribes her work in a clearly thought process that goes towards light, fulfilment and happiness. Convinced that the vocation of humanity is not tragic but happiness, the artist traces a path that everyone can take from the shadows to the light. The bronzes mark a moment devoted to harmony with the beauty and strength of female bodies. The artist places in the service of the grace of an attitude, a body stretched or at rest the power of bronze and demiurgic metallurgy. BY the eyes of Françoise Charles-Daubert, Philosopher and essayist.

Pourquoi sculpter ? C’est quoi sculpter ?

Sculpter c’est enlever, aller du plus massif au plus léger faire éclore de la matérialité la plus compacte une respiration formelle. Prendre le risque du geste irréversible.

Ôter, creuser, jusqu’à l’épure, franchir, percer jusqu’à rencontrer le cœur palpitant de la masse, essentialiser encore et toujours pour atteindre à l’identité du bloc et faire parler sa singularité.

Révéler en creux par l’œil et la main du sculpteur, savoir ce qui dans la   terre, le bronze, la pierre, le bois veut émerger et advenir. Sculpter c’est scruter et pousser la matière dans ses retranchements jusqu’à révéler le plus essentiel le plus lumineux en quête de vérité. Sculpter c’est faire confiance aux vides comprendre qu’il nous ait essentiel d’accueillir les opposés, les laisser dialoguer et se compléter pour que naisse l’inédit.

Les trois séries de travaux de Celia Gouveiac, aussi distinctes soient elles sont cependant la préfiguration d’un parcours qui s’étend du plus académique : Les Nus au dépassement de cette esthétique en quête de son propre style : la série Être jusqu’à l’expression assumée d’un choix qui dit « Oui à la Vie  » : les Ames Cœurs.

To carve is to remove, to go from the most massive to the lightest, to hatch from the most compact materiality a formal breathing. Take the risk of the irreversible gesture.

To reveal in hollow by the eye and the hand of the sculptor, to know what in the earth, the bronze, the stone, the wood wants to emerge and to come. To sculpt is to scrutinize and push the material in its entrenchments until revealing the most essential most luminous in search of truth. To carve is to trust emptiness to understand that it is essential for us to welcome the opposites, to let them dialogue and to complete each other so that the new is born.

The three series of works of Celia Gouveiac, as distinct as they are, however, are the prefiguration of a path that extends from the most academic: The Nudes to the surpassing of this aesthetic in search of its own style: the series Be up to the Assumed expression of a choice that says « Yes to Life »: Souls Hearts.

D’après le regard de l’artiste peintre et historienne d’art, Cécile Dubourg.


Celia Gouveiac avec son ancien maître sculpteur Petrus, dans son ancien atelier parisien, rue, Jacques Coeur en 2007, où elle avait suivi son enseignement pendant trois ans.


Credits photos : Amaryllis Joskowicz, Julien Darblade, Patrick Causse, Celia Gouveac